Inspirez? Non Expirez.

  • leonSergentCommunications-Apnee

Vous a déjà-t-on dit d'inspirer? Plus profondément, plus longuement, plus lentement, ou plus posément? Sentir votre diaphragme bouger? Percevoir le mouvement de votre cage thoracique? Si vous avez reçu quelque enseignement ou coaching en communication en public ou en présentations d’affaires et scientifiques, on vous a certainement prodigué ces bons conseils. Et pour cause! Votre voix sera plus forte, vous serez bien entendu et plus convaincant. Une meilleure respiration vous aidera à mieux contrôler votre nervosité et, étonnamment, facilitera une gestuelle plus conséquente et un contact visuel plus naturel. Évident, non? Surtout pour la plupart des conférenciers chevronnés. Alors pourquoi même en parler? Parce que pour bien des orateurs en devenir, mieux respirer est une consigne difficile à suivre et leur rabâcher les oreilles constamment a peu d’effet sur le résultat. Voici pourquoi.

Souvent le niveau d’anxiété et de nervosité des candidats que nous rencontrons les premières fois sont tels que nous pourrions croire qu’ils plongent en apnée! Ils retiennent leur souffle tout en parlant, ce qui ne fait rien pour apaiser leur anxiété.

Distinguons ici symptôme et cause. L’absence de respiration fait partie d’un ensemble symptomatique. Les causes sont reliées à l’anxiété de performance ou peurs de se tromper, d’un trop long silence ou d’une perte de mémoire. Nous trouvons qu’il est plus intéressant de se pencher sur la mécanique et les échanges gazeux que sur une liste exhaustive de causes. Plutôt que de demander à nos candidats d’inspirer, nous leur conseillons d’expirer! Contre-intuitif? Essayez de vous débarrasser de l’air contenu de vos poumons plusieurs fois lors d’un court récit et voyez la différence.

Bon succès!

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire